Les milieux aquatiques


Il existe plusieurs types de zones humides. Toutes jouent un rôle essentiel dans le cycle de l'eau et de la vie.

L'importance de la préservation de ces zones est maintenant reconnue par les gestionnaires de ces milieux. Mais cela n'a pas toujours été le cas. La tendance à drainer ou combler ces zones humides a fait disparaître beaucoup de ces écosystèmes spécifiques, ainsi que la diversité de la faune et la flore.

Les zones humides, des zones utiles

Ces zones humides jouent un rôle hydrologique incontestable : elles servent de zones tampon  et de réservoirs d'eau. En période de crue, leurs présences dans un bassin versant limitent les inondations en aval souvent en secteurs habités. En période sèche (étiage), elles permettent l'alimentation en eau des rivières.

Elles servent également d'interface entre l'eau superficielle et l'eau souterraine. La végétation palustre facilite l'auto-épuration de l'eau en pompant les éléments minéraux (azote, phosphate) produits par la décomposition de la matière organique et par les rejets divers (domestiques, agricoles et industrielles).

Il est donc essentiel de les préserver.

Les cours d'eau, la liberté

Il existe autant de types de cours d'eau que de types de paysage qu'il traverse. Du torrent de montagne à la rivière phréatique de plaine, chacun façonne le paysage dans un rapport d'équilibre (transport solide, transport liquide) intimement lié à la pente et à la nature du sol.

Mais il est impossible de résumer le fonctionnement d'un cours d'eau à ces deux seules composantes. Le fonctionnement de l'hydrosystème est garanti par le milieu physique (hydromorphologie) et le milieu vivant (flore, faune).

Une rivière ne se dompte jamais sans altérer son fonctionnement. Sa réaction à toute intervention humaine ou naturelle est de retrouver son état d'équilibre. Sur les tronçons canalisés, les problèmes hydrauliques sont simplement au mieux déplacés, il y aura incontestablement perte de biodiversité.

La tendance actuelle est de laisser un espace de liberté au cours d'eau.

Les trois composantes d'un cours d'eau (lit mineur, berge et lit majeur) subissent chacune des pressions liées à l'agriculture, l'urbanisation et l'industrialisation (remblaiement, rectification, recalibrage, endiguement, canalisation, …)

Ponctuellement ces aménagements ont souvent un caractère irréversible.

Il est d'autant plus important de préserver ou de renaturer les secteurs où cela est possible.

Photo Ecodève--2005

Photo Ecodève--2005

Retour accueil

>>

Page d'accueil | Bureau d'études | Activités de la société | Patrimoine | Bureau d'études techniques | Insertion | Biosurveillance | Eco-Institut

Hydrologie

Qualité de l'eau, débit

Habitats aquatiques

Végétation

Espèces aquatiques

Espèces rivulaires

Milieu physique

Hydromorphologie